L'école a fermée ses portes en juin 2017 - pour toute autre demande, vous pouvez nous écrire à contact@maitrisededanse.com
Histoire Actualités Méthode Photos Contact
 
 

Danseuses, Chorégraphes, Pédagogues

 

JANINE SOLANE

Née en 1912
Après un passage au Conservatoire de l’Opéra ,elle rejoint Helena Tels Rabanek , « disciple » d’Isadora,chez qui elle découvre la position « hanchée », position entre l’élan et le repos.
Championne internationale de danse à 16 ans, elle fonde son école un an plus tard qui deviendra, en 1928, « La Maîtrise » et comptera jusqu’à 700 élèves à Paris, et 23 antennes en Province.
Avec sa compagnie, elle sera l’hôte du Palais de Chaillot dès son inauguration en 1938, et cela durant un quart de siècle, en alternance de tournées nationales et même européennes.
Aujourd’hui la compagnie existe toujours, les générations se succèdent tandis que Janine Solane présente ses dernières chorégraphies, reprise ou création.




DOMINIQUE SOLANE

Initiée « au berceau », Dominique enseignera à La Maîtrise dès l’âge de 16 ans. Danseuse soliste du « Théâtre Chorégraphique de France », elle participera activement à cette grande époque.
Depuis, elle a repris la direction de La Maîtrise que lui a légué sa mère. Porteuse de la méthode « classique naturelle » mise au point par Janine Solane, et passionnée par les enfants, elle poursuit cet enseignement ludique et attentif, dans la joie de transmettre en accompagnant l’épanouissement des enfants.
Soucieuse de leur capacité à apprendre et à se développer, elle dispense ses cours, prenant en compte chacune des individualités.







Dossier de presse et Articles parus dans la Presse

Télécharger le dossier de presse

-> dossier de presse (Format PDF, 242.2Mo)

Articles parus dans la presse

Comme leur modèle, Isadora DUNCAN, Janine Solane et sa fille Dominique dansent comme elles respirent (…)
A Paris, elles enseignent la danse classique « naturelle » dans leur « Maîtrise » de Montparnasse. Les enfants y sont accueillis dès l’âge de trois ans – et ils y sont heureux . Ils y apprennent – en jouant – non seulement à vivre la musique de l’intérieur, mais aussi chose très difficile : mettre un pied devant l’autre pour se mouvoir dans la vie sans faux-pas ,avec la pleine possession de ses moyens d’expression. Tout cela, sans contrainte, en toute harmonie et liberté.

André Frossard


De la douceur et de la douceur…
Dominique Solane montre des pas à des groupes de huit à dix enfants. « Peu m’importe qu’ils soient trop grands ou trop raides. J’essaie de leur apprendre à trouver des mouvements conformes à leur développement psychologique et morphologique. » (…) L’air de rien, nos chères têtes blondes racontent des histoires en bougeant. Mimant la peur ou l’insouciance, elles se métamorphosent en créatures « isadorables ». Un vrai régal !

Ariane Bavelier – Le Figaro,janv.1995


Guidée par un sens musical très pur et une profonde culture, Janine Solane a été l’une des premières en France à briser la convention créant cette méthode dite classique naturelle, basée sur l’harmonie du geste naturel et signifiant, forme visible de la musique.
Janine Solane ne conserve en effet de l’enseignement classique que l’indispensable technique et refuse tout ce qui déshumanise la danse.

Andrée Penot